prospects immobiliers

Chaîne YouTube ou blog : quel est le canal d’acquisition de prospects immobiliers le plus efficace ?

1 mars 2022

Dans l’écosystème digital, les moyens de communiquer avec vos audiences et d’acquérir des prospects immobiliers ne manquent pas. Il est possible de publier du contenu, d’envoyer des emails, d’animer ses réseaux sociaux, de pratiquer le SEO, de lancer des campagnes publicitaires, de créer des vidéos, etc.

Quel que soit le canal choisi, l’objectif est de respecter les trois piliers principaux du marketing digital : générer du trafic, montrer son autorité (comprendre : son expertise, ses compétences), et tisser des relations avec ses audiences. Ces trois piliers sont complémentaires : le trafic sans autorité ne vous aidera pas à vendre, l’autorité sans le relationnel échouera à créer de la confiance, l’autorité sans trafic ne vous donnera pas d’audience à qui parler, etc.

Deux canaux sont particulièrement adaptés à l’exercice de l’acquisition sur le web suivant ces trois piliers : le blog et la chaîne YouTube. Compte tenu de l’évolution rapide d’Internet, le blog est quasiment le doyen des canaux d’acquisition, mais son importance n’est pas remise en cause (alors que d’autres leviers de trafic ont depuis longtemps fait déchanter leurs promoteurs). Quant à la vidéo, c’est aujourd’hui le format le plus populaire – de loin – et YouTube est certainement la plateforme la plus en vue pour poster ses créations, en raison de sa très forte audience.

Lequel de ces deux canaux est le plus efficace quand il s’agit d’acquérir des prospects immobiliers ? Devez-vous lancer votre chaîne YouTube et créer des vidéos ? Ou mettre en place un blog immobilier et l’alimenter avec des articles réguliers ?

Pour répondre à cette question, on vous propose un match renversant : YouTube vs blog, c’est maintenant !

La chaîne YouTube : un levier relationnel puissant, mais une plateforme volatile

Inutile de vous présenter YouTube, une plateforme qui est à la fois un réseau social (où n’importe quel utilisateur peut poster du contenu et être suivi par d’autres) et un moteur de recherche (associé à Google, sa maison-mère). Même les néophytes du web regardent des vidéos sur ce réseau.

Si l’on pratique le marketing digital et que l’on s’intéresse un peu aux chiffres, YouTube devient rapidement un objet de convoitise. La plateforme réunit 2,2 milliards d’utilisateurs dans le monde. En France, elle comptabilise 890 millions de visites mensuelles et 64 millions d’utilisateurs uniques. Cette popularité s’explique par le fait que la vidéo est le format préféré des internautes hexagonaux, qui sont 87 % à en consommer régulièrement. À l’échelle de la planète, 1 milliard d’heures sont visionnées chaque jour. (Chiffres relayés par HubSpot.)

À ce stade, vous devriez être (très) impressionné(e), et à juste titre. Mais l’admiration n’empêche pas le questionnement : ces statistiques ne disent pas en quoi le fait d’avoir une chaîne YouTube vous aidera à booster votre acquisition de prospects immobiliers, pas plus qu’elles ne vous renseignent sur les limites de ce levier. Nous allons donc en explorer les avantages et les inconvénients.

Créer sa chaîne YouTube immobilière, pour quoi faire ?

Commençons par les avantages. Créer une chaîne YouTube pour votre business immobilier, c’est intéressant parce que…

  • Le format vidéo est populaire. 85 % des marketeurs utilisent la vidéo pour communiquer. Ce format est le préféré des internautes : une vidéo a deux fois plus de chances d’être partagée qu’un autre contenu. Il permet aussi de générer 66 % de leads en plus qu’un autre format. (Chiffres Oberlo.)
  • L’audience potentielle sur YouTube est énorme. On vous renvoie aux statistiques citées plus haut : imaginez toucher seulement une toute petite portion de cet important gâteau marketing !
  • YouTube offre une visibilité optimale aux contenus : en raison de sa popularité, parce que la plateforme est associée à Google et que les vidéos sont bien référencées sur ce moteur (le plus utilisé au monde), mais aussi parce que YouTube est un moteur de recherche en soi (le second après Google).
  • La vidéo est pédagogique. Rien de tel pour expliquer quelque chose (un processus, une notion complexe, etc.) que de le dire, et mieux encore : de le montrer. En cela, une vidéo immobilière peut devenir un outil de communication extrêmement intéressant, parce que simple d’accès, démocratique, et facile à consommer. Alors qu’un texte demande de la concentration, une vidéo peut être regardée n’importe où, en plusieurs fois, avec du bruit autour, sans pour autant handicaper la compréhension du message.
  • La vidéo est le meilleur canal pour tisser des relations avec ses audiences. Le relationnel est le troisième pilier du marketing digital, et il est essentiel. Or il est plus facile de susciter la sympathie en se montrant physiquement : la voix, les expressions du visage, le langage du corps sont autant de maillons essentiels qui forment la chaîne relationnelle, qui permettent de se connecter avec les gens. C’est un peu l’équivalent du « vu à la télé » en version digitale.

Au final, on peut affirmer sans se tromper qu’il est difficile, aujourd’hui pour un business, d’exister sur le web sans créer de vidéos. Celles-ci peuvent d’ailleurs prendre de nombreuses formes et s’adapter sans mal à votre démarche d’acquisition de prospects immobiliers. Ainsi, vous pouvez créer une chaîne YouTube et poster des vidéos de présentation de vos biens en portefeuille, montrer les coulisses de votre enseigne, donner des conseils et des informations, relayer des événements, etc.

prospects immobiliers

Les limites de YouTube pour votre business immobilier

Il y a toutefois des limites importantes à connaître quand on crée une chaîne YouTube pour poster des vidéos immobilières.

  • Les difficultés au lancement. Créer une vidéo n’est pas aussi simple que d’écrire un article : il faut connaître la politique interne de YouTube pour être certain(e) que le contenu sera conservé, s’équiper d’un minimum de matériel (tourner une vidéo avec son smartphone, ça ne fait pas vraiment « pro »), assurer la postproduction (montage, effets sonores), etc. Clairement, ce n’est pas donné à tout le monde.
  • La plateforme n’est pas stable dans le temps. De fait, YouTube ne vous appartient pas : c’est un réseau social sur lequel vous n’êtes qu’un créateur de contenu comme tant d’autres. Vous êtes donc tributaire des changements de la politique interne, celle-ci pouvant influencer négativement le visionnage de vos vidéos, voire, dans les cas les plus graves, avoir pour conséquence la suppression de vos contenus ou de votre chaîne. Ce n’est pas fréquent, mais ce n’est pas rare non plus : la plupart des chaînes ayant une existence suffisamment longue peuvent témoigner de vidéos supprimées (« strikées » dans le jargon) et de litiges avec la plateforme. C’est d’ailleurs le cas de tous les réseaux sociaux, et l’on a pu voir que même une personne aussi influente que Donald Trump, à l’époque président des États-Unis, a vu ses comptes suspendus ! En somme, personne n’est à l’abri.
  • L’algorithme est volatile. Cet inconvénient va dans le même sens que le précédent : puisque la plateforme ne vous appartient pas, vous êtes tributaire de son algorithme… qui peut changer à tout moment. En réalité, personne ne sait quelles seront les exigences de YouTube dans deux, trois ou cinq ans ; aucune chaîne actuellement populaire ne peut jurer que ses vidéos seront toujours visibles dans les prochaines années. Les algorithmes des réseaux sociaux évoluent très souvent, et jamais en tenant compte de ceux qui en tirent des revenus. Sur Facebook, par exemple, peu de marketeurs avaient vu venir le changement de cap visant à réduire la portée organique des publications pour privilégier les publicités… Même si l’algorithme de YouTube est le plus stable de tous les réseaux sociaux, il l’est tout de même (beaucoup) moins que celui de Google.
  • Le trafic généré par les vidéos n’est pas maîtrisé. Utiliser YouTube pour l’acquisition de prospects immobiliers, c’est bien. Mais, concrètement, il s’agit d’un trafic que vous ne contrôlez pas : vous n’avez aucun moyen de savoir qui regarde vos vidéos (sauf ceux qui laissent un commentaire), pas plus que vous ne pouvez collecter leurs coordonnées pour alimenter votre mailing list. C’est pourquoi les taux de conversion sont généralement assez faibles sur cette plateforme. En outre, il y a le problème de l’interface, que vous ne maîtrisez pas non plus : il est impossible, par exemple, de placer une bannière publicitaire sur votre chaîne pour annoncer un nouveau mandat ou un événement à venir.
  • Enfin, la technique vieillit mal. Autant on peut lire des articles vieux de plusieurs décennies, autant on visionne rarement des vidéos ayant plus de quelques années (sauf par nostalgie). Sur le plan technique, la vidéo est un format qui privilégie l’immédiateté, et cela se ressent sur les sujets traités par les créateurs de contenus, qui cherchent avant tout à faire parler d’eux sur le moment.

En gros, sur YouTube, rien ne vous appartient à part vos contenus. Et même ceux-là, la plateforme peut les suspendre ou les supprimer au gré de ses changements de politique interne. S’il est avantageux de créer une chaîne et d’utiliser la vidéo pour votre acquisition de prospects immobiliers, pour votre notoriété d’enseigne et pour la qualité des relations, il faut toutefois utiliser cette plateforme en ayant conscience de ces limites.

Le blog : un levier d’acquisition de prospects immobiliers dont l’efficacité ne se dément pas, et qui délivre un trafic maîtrisé

Le blogging est presque aussi vieux qu’Internet. Le premier post remonte à 1994 (oui !) et le terme « blog » est forgé en 1999, à partir du mot « weblog » qui est la contraction de « web » et de « log ». Aujourd’hui, la Toile recense plus d’1,5 milliard de blogs. (Si le sujet vous intéresse, jetez un œil à cet article qui en retrace l’histoire.)

Le blogging est universellement pratiqué, autant par des particuliers désireux de partager leur passion que par des professionnels soucieux de générer du trafic. Un grand nombre d’entreprises animent leur propre blog, quels que soient les domaines d’activité et le type de marché (B2C ou B2B). Avec un certain succès, puisque les sites web qui hébergent un blog ont en moyenne 434 % de pages indexées en plus que les autres, 55 % de trafic supplémentaire, et 67 % de prospects en plus. (Chiffres cités dans notre billet sur le blogging immobilier.)

prospects immobiliers

Le blog et ses multiples avantages…

Qu’en est-il de l’acquisition de prospects immobiliers ? En tant que canal d’acquisition, le blog immobilier déroule de nombreux avantages.

  • Le blog est un moyen de montrer votre expertise. Les contenus publiés peuvent aller du très simple au très complexe, de l’accessible au technique, s’adresser à tous les publics ou à des audiences bien spécifiques. Vous pouvez valoriser vos compétences et votre expertise, mettre en avant vos services, et gagner en notoriété y compris à l’échelle locale.
  • Les contenus textuels se référencent efficacement sur Google. En jouant avec les leviers du référencement naturel (mots-clés, balises, etc.), il est possible de bien positionner ses articles de blog dans les résultats des moteurs de recherche. À condition de travailler des requêtes peu concurrentielles, si possible localisées, par exemple « agence immobilière à (ville) ».
  • Le blog immobilier est une source permanente de trafic. Une fois votre article publié, il est susceptible de générer du trafic à long terme, pendant des années. Il n’est pas rare que des contenus datant de dix ans ou plus continuent à être consultés. Même dans l’immobilier, un secteur d’activité soumis à des changements rapides (administratifs, techniques ou législatifs), il est possible d’augmenter la durée de vie des contenus en faisant des mises à jour régulières. Ainsi, un billet sur les taux d’intérêt peut facilement être actualisé tous les mois avec les bons chiffres, et durer très longtemps.
  • Le trafic généré est maîtrisé. Les lecteurs de vos articles sont amenés à laisser leurs coordonnées, dès lors que vous placez des CTA sur les pages qui renvoient à des formulaires. Ces coordonnées vont venir abonder votre mailing list, ce qui vous permettra par la suite d’envoyer des newsletters et des séquences emails à ces contacts. Autrement dit, le trafic généré via le blog est maîtrisé : vous pouvez en tirer des informations concrètes, notamment sous la forme d’adresses électroniques, et ensuite exploiter ces données pour choisir à quels prospects immobiliers vous devez vous adresser (ou lesquels vous devez approcher sur le terrain). Conséquemment, les taux de conversion associés aux blogs sont souvent élevés, surtout si on les compare avec ceux des réseaux sociaux.
  • Le lancement est facile. Rien de plus simple, en effet, que de créer un blog et d’y poster des articles – en particulier si vous disposez déjà d’un site web. Techniquement, n’importe qui peut lancer son blog et commencer à publier, et la plupart des outils grand public sont gratuits, à l’image de WordPress.
  • L’interface vous appartient. C’est un gros « plus » par rapport à YouTube et aux médias sociaux en général : votre blog vous appartient en propre, ce qui veut dire que vous pouvez modifier son interface comme vous l’entendez. Si vous avez envie de placer une grosse bannière publicitaire multicolore sur les pages, rien ne vous en empêche. Votre CTA peut occuper une moitié de l’écran. Vous faites ce que vous voulez, et tout le site travaille pour vous : les changements effectués sur une page se répercutent sur toutes celles qui utilisent la même interface. En outre, vous n’êtes jamais soumis à des modifications de politique interne qui pourraient remettre en cause des articles déjà publiés ou une méthode éprouvée. Seuls les algorithmes des moteurs sont amenés à évoluer, mais dans le pire des cas, cela va impacter la visibilité de vos pages et non vos contenus en tant que tels.
  • L’algorithme de Google est plus stable. Justement, parlons des algorithmes, et en particulier de celui de Google. Bien que ces algorithmes évoluent, ils le font beaucoup moins rapidement que ceux des réseaux sociaux et ont rarement pour effet de faire disparaître du contenu aux yeux des internautes. La conséquence, c’est qu’un blog est bien plus stable dans le temps.

Ce qu’il faut retenir, c’est que votre blog (au même titre que votre site web) est le seul endroit de la Toile qui vous appartient vraiment. Personne ne peut vous en expulser, ni en supprimer des contenus, ni vous contraindre à quoi que ce soit. Personne ne vous oblige à suivre une ligne directrice, à respecter des consignes, à vous soumettre à des exigences. Vous n’êtes jamais « otage » d’une plateforme ou d’un algorithme. Dans le même temps, vous contrôlez parfaitement votre acquisition de prospects immobiliers et recueillez de précieuses données.

… et un inconvénient majeur à prendre en compte

Est-ce à dire que le blog ne présente pas d’inconvénients ? Si, bien sûr. Il faut savoir rédiger des contenus à forte valeur ajoutée, qui vont attirer l’attention des internautes et leur donner envie de lire jusqu’au bout. Il faut aussi maîtriser les leviers du référencement naturel, suffisamment pour optimiser les articles à publier et leur garantir une existence dans les pages de résultats des moteurs de recherche. Ces connaissances ne sont pas innées : il est souvent nécessaire de faire appel à des professionnels de la rédaction et du SEO, même s’il est tout à fait possible de lancer un blog et d’y poster des billets sans aide extérieure.

Mais le principal inconvénient, en matière d’acquisition de prospects immobiliers, est le suivant : les résultats sont longs à venir. En effet, il faut du temps pour cueillir les fruits d’une stratégie de blogging. Toutefois, ne vous faites pas d’illusion : gagner en visibilité avec une chaîne YouTube et commencer à en tirer des bénéfices est tout aussi long.

prospects immobiliers

Alors, quel canal d’acquisition est le plus efficace pour votre marketing immobilier ?

On vous a annoncé un match opposant le blog à la chaîne YouTube. On vous a promis du sang et des larmes.

Mais au bout du compte, après avoir analysé chaque canal d’acquisition de prospects immobiliers, il faut se rendre à l’évidence : il n’y a aucune raison d’opposer ces deux leviers de trafic et de notoriété. Au contraire, ils sont complémentaires et méritent d’être utilisés tous les deux en simultané :

  • La vidéo immobilière pour créer une communauté, faire le buzz et tisser des relations de confiance avec vos audiences.
  • Le blog immobilier pour démontrer votre expertise et créer une source d’acquisition de trafic à long terme, pour récolter des données et les exploiter (avec un outil dédié comme Prospeneo).

En marketing digital, il est important de retenir une chose : il ne faut jamais dépendre d’une seule plateforme. Ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier. De la sorte, si un levier s’effondre, vous pourrez toujours compter sur les autres.

L’idéal est de réfléchir en termes d’écosystème où les différents canaux d’acquisition travaillent ensemble, et de créer des passerelles entre eux. Ainsi, vous pouvez inviter les spectateurs de vos vidéos à aller voir vos articles correspondants sur le blog, ou publier sur ce dernier des billets qui « teasent » vos nouvelles créations sur votre chaîne YouTube.

Ceci étant dit, il est tout aussi essentiel de placer le blog immobilier au cœur de votre écosystème digital. D’en faire la priorité de votre stratégie marketing. Tout simplement parce qu’il est votre meilleur allié : il est facile d’accès, vous appartient, vous permet de collecter des données, vous offre un meilleur taux de conversion. Il est aussi plus stable dans le temps.

Si vous envisagez de créer du contenu pour la première fois, le blog est aussi la meilleure solution. C’est avec lui que vous devriez démarrer votre stratégie de contenu et votre acquisition de prospects immobiliers sur le web.

Mais pas n’importe comment, bien sûr. En tenant compte des enjeux du web, des exigences du SEO… et de l’importance de la donnée !

Découvrez la chaîne de Facilogi récemment lancée en cliquant sur ce lien.

Et continuez à nous suivre sur le blog !

pas de commentaires

    Laisser un commentaire

    Partagez
    Partagez
    Tweetez
    Enregistrer