agent immobilier
Business immobilier Tendances immobilières

À quoi ressemblera l’agent immobilier du futur ?

20 mai 2020

Martin, négociateur au sein d’une agence immobilière de province, met le pied au bureau de bon matin. Sa montre connectée affiche la météo du jour : il fera grand soleil et déjà assez chaud pour la saison. En poussant la porte de l’agence, une voix robotisée lui souhaite la bienvenue en l’appelant par son prénom. La machine à café s’est mise en route automatiquement quelques secondes avant son arrivée : l’arabica favori de Martin est déjà prêt, sucré et agrémenté d’un nuage de lait, comme il l’aime. À l’instant où il s’installe dans son fauteuil, l’ordinateur s’allume seul et, en un éclair, affiche son programme de la journée : trois visites virtuelles, une visite physique, et une visioconférence avec un couple d’acheteurs qui cherche à réunir les bitcoins nécessaires pour concrétiser son projet. Nous sommes en mai 2030 et c’est une excellente journée qui s’annonce !

Grâce à la DeLorean du docteur Emmett Brown, nous avons eu l’occasion de faire un saut dix ans dans le futur. Ce voyage dans le temps nous a permis de faire plusieurs constats : 1) le coronavirus et le confinement sont de lointains souvenirs, 2) les tartines à l’avocat ont définitivement été interdites dans les bars après la disparition des bobos, et 3) le métier d’agent immobilier a bien changé.

Un coup d’œil au négociateur du futur, ça vous tente ?

La session de prospection

Martin continue à prospecter sur le terrain pour conserver le contact direct avec les habitants du quartier. Mais une grande partie de son travail se déroule derrière son ordinateur. Il commence par faire le point sur les données en open data, c’est-à-dire librement fournies par les propriétaires et les candidats dans le but d’être contactés par les professionnels de l’immobilier au moment où ils lancent leur projet de vente ou d’achat. Les infos recueillies sont intégrées à une base de données connectée au CRM : celui-ci va prévoir tout seul les bonnes actions à mener (envoi d’emails, contact téléphonique, etc.) en fonction du prospect et de l’avancement de son projet.

La communication

La prospection continue, donc. Mais pour l’essentiel, ce sont les propriétaires eux-mêmes qui contactent Martin : l’agence publie des contenus sur son blog en continu, relayés sur les réseaux sociaux à la mode (Faceback et Instatonne), lance des actions de communication au niveau local (elle diffuse en particulier un magazine de quartier très apprécié), sponsorise des événements communaux, etc. Bref, toute la ville connaît parfaitement l’enseigne et Martin lui-même, et les vendeurs ne réfléchissent pas longtemps avant de l’appeler ou de pousser la porte de l’agence.

La gestion de l’agenda

Martin ne perd plus de temps à gérer son agenda – c’est son agenda qui se gère tout seul. Le fonctionnement en est simple : les agendas des négociateurs de l’agence sont tous connectés au Cloud et reliés les uns aux autres, de sorte que tout le monde sait exactement qui fait quoi, à quel moment. L’agenda personnel de Martin, basé sur l’intelligence artificielle et fort des données recueillies au fil du temps sur les habitudes de travail de son propriétaire, fait lui-même un classement des tâches à accomplir et les positionne sur les différentes plages horaires de la journée, en tenant compte de celles des autres négociateurs – afin, par exemple, que tout le monde ne parte pas en prospection ou en visite en simultané, laissant l’agence fermée. Les rendez-vous clients sont gérés de la même manière : l’agenda sélectionne les heures pertinentes à proposer aux vendeurs et acheteurs. Lorsqu’un prospect semble déjà mûr, l’outil peut décider tout seul de le signaler à son agent immobilier et de lui recommander de décaler ses autres obligations pour le recevoir plus rapidement.

agent immobilier

La promotion des biens immobiliers

Les annonces mises en ligne par Martin (sur le site de son agence) sont toutes enrichies en contenus virtuels. On y trouve des visites virtuelles du plus bel effet, des vidéos 360° et des modélisations 3D – comme dans la plupart des agences. Pour les biens en exclusivité, l’agent immobilier dégaine son arme secrète : un tout nouvel outil holographique qui fait passer les technologies de Star Wars pour d’aimables bidouillages préhistoriques. Dans une salle dédiée, Martin projette une version holographique d’un bien immobilier que les acheteurs peuvent « visiter » à leur guide. L’outil manque encore de précision (l’image devient floue quand on s’en approche trop), mais on a vraiment l’impression d’y être ! Même le chien de la famille a été holographié – et ses aboiements donnent de la vigueur à la présentation.

Les visites

En 2030, rien n’a remplacé les visites physiques – même pas l’hologramme. Mais les technologies de pré-visite ont permis d’élaborer un « tamis » particulièrement efficace pour faire le tri entre les acheteurs, de sorte que Martin ne se déplace plus que pour des visites ultra-qualifiées. Son ratio « nombre de visites/compromis de vente signé » est actuellement proche de 1:1. Là encore, il s’appuie sur un outil merveilleux, dans le prolongement du home staging virtuel (dans le futur, on parle d’ « immo-personnalisation »). Cet outil, c’est la réalité augmentée : à mesure que les acheteurs découvrent des pièces, ils peuvent projeter des éléments de leur choix dans le décor afin de visualiser les aménagements souhaités. Tout est possible : un salon moderne peut se transformer en une salle de bal du XIXe siècle en quelques pressions des doigts sur un écran mobile. Il est ensuite possible de sauvegarder les changements et d’obtenir un devis en 57 minutes (c’est très précis) établi par une entreprise de travaux avec laquelle travaille l’agence, pour donner vie à cette vision. Les acheteurs sont ravis.

L’expertise et la connaissance locale

Parce que tout est connecté, Martin a accès en continu aux données locales concernant sa ville, son quartier, les projets urbains en cours et à venir, et les événements qui vont avoir lieu. À tout moment, il peut établir une liste des informations qui intéressent ses acheteurs : la distance exacte qui sépare un bien immobilier de la station de bus la plus proche ; la nature des commerces situés dans un rayon d’un kilomètre autour du bien ; les résultats affichés par les écoles du quartier sur les cinq dernières années (comme c’est le cas depuis longtemps aux États-Unis par exemple, la qualité des établissements scolaires est devenue un critère de choix majeur pour les acheteurs) ; le taux d’emploi par rapport au volume de la population active ; le niveau sonore moyen dans un immeuble résidentiel ; etc. Ces données concernent aussi le parc immobilier, les caractéristiques des biens, et les prix. Cela permet à Martin de produire des avis de valeur qui sont de véritables instantanés du marché à un instant T.

L’agence

La découverte de l’agence de Martin – une agence typique des années 2030 – a été un choc. Non seulement l’agence physique existe encore dans le futur, mais elle est époustouflante. Exit les locaux guindés et trop formels qui s’apparentent à la salle d’attente d’un psychologue. Dans le futur, les agences sont des lieux de vie à part entière. Elles sont dynamiques et interactives, mais aussi cosy et accueillantes. On s’y installe dans de larges fauteuils à mémoire de forme pour savourer un café issu du commerce équitable, tout en devisant avec son agent immobilier de la conjoncture et de l’évolution du marché. Une salle est dédiée aux pré-visites virtuelles et holographiques. Un plan interactif de la ville permet d’afficher les lieux d’intérêt et des statistiques locales, à destination des candidats à l’achat. La gestion des espaces participe de la séduction du lieu, mais aussi de l’impression de professionnalisme qui s’en dégage.

La vitrine

Un mot sur la vitrine… Ah, la vitrine ! Dynamique et personnalisée, elle change en fonction des passants qui s’arrêtent devant, et de leur historique de navigation sur le web. Si une personne a consulté des annonces de biens immobiliers dans les semaines qui précèdent, la vitrine affiche des logements qui correspondent à ses critères de recherche – cela, grâce à la collecte des données sur le smartphone et autres objets connectés. On se croirait un tout petit peu dans le film Minority Report (les publicités personnalisées qui vous sautent à la figure), mais en moins intrusif et avec un fort potentiel de séduction.

agent immobilier

L’agent immobilier lui-même

L’agent immobilier du futur est entouré d’incroyables technologies et de locaux étonnants. Mais il y a un aspect qui n’a pas changé en dix ans, et c’est l’agent immobilier lui-même – dans son rapport avec son métier. La profession n’est pas devenue 100 % digitale. Les outils, certes pointus et très sollicités, restent néanmoins des outils : ils sont mis au service des projets et n’ont aucune intention de se substituer au professionnel qui les manipule. Martin continue de consacrer une grande partie de sa journée à aller à la rencontre des habitants du quartier, à contacter des propriétaires, à échanger avec des prospects acheteurs, à passer des coups de téléphone à ses clients pour prendre des nouvelles, à accompagner ses vendeurs. Bref, il ne cesse pas de nouer du lien social et de développer des rapports de confiance. Car, en 2030 comme en 2020, c’est bien la dimension humaine qui constitue le socle des relations entre un agent immobilier et ses clients.

Nous n’avions pas besoin d’un tour en DeLorean pour le constater, mais c’est enthousiasmant de voir que le métier, en réalité, ne change pas vraiment. Seuls les outils évoluent, améliorant le quotidien des agents immobiliers et apportant toujours plus de valeur ajoutée aux vendeurs et acheteurs ; mais l’ADN de la profession, lui, reste identique : le client d’abord !

pas de commentaires

    Laisser un commentaire

    Partagez
    Partagez
    Tweetez
    Enregistrer